. Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. ^^ •^
RM2AG58MB. Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. ^^ •^
. Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. * * IK GIESSEN +!< ? *Ich* *ich!* LA RENAISSANCE DU LIVRE L. HÉMON Ghapdelaifie La Renaissance du Livre PARIS. Ù^Z< f!:)
RM2AG597N. Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. * * IK GIESSEN +!< ? *Ich* *ich!* LA RENAISSANCE DU LIVRE L. HÉMON Ghapdelaifie La Renaissance du Livre PARIS. Ù^Z< f!:)
. Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. ??{{? Cent vingt Exemplare sur Hollande Van Gelder (36 à 155). Mille Exemplare sur papier vélin pur fil Lafuma (I> 6 à 1155), tous numérotés, plus de quelques Exemplare • KK*! K collaborateurs, hors Commerce (H. C). + fi * * s+EXEMPLAIRE W5C 2. LOUIS HEMON M C ARIA^ HAPDELAÏNE RÉCIT DU CANADA FRANÇAIS ^M^^ Herr^ft^^^^^^^^ 9 9 B i 1 i^Ê^ JHË. ? 31^^^^^^ | BOIS ORIGINAUX de GERARD COCHETLA RENAISSANCE DU LIVRE MCMXXII
RM2AG5M16. Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. ??{{? Cent vingt Exemplare sur Hollande Van Gelder (36 à 155). Mille Exemplare sur papier vélin pur fil Lafuma (I> 6 à 1155), tous numérotés, plus de quelques Exemplare • KK*! K collaborateurs, hors Commerce (H. C). + fi * * s+EXEMPLAIRE W5C 2. LOUIS HEMON M C ARIA^ HAPDELAÏNE RÉCIT DU CANADA FRANÇAIS ^M^^ Herr^ft^^^^^^^^ 9 9 B i 1 i^Ê^ JHË. ? 31^^^^^^ | BOIS ORIGINAUX de GERARD COCHETLA RENAISSANCE DU LIVRE MCMXXII
. Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. demeurait à Saint-André-de-rÉpouvante; Racicot, de Honfleur, Parlait ins de Son fils, qui était Chauffeur à borddun bateau du Golfe, et Chaque fois cétaient encoredes Nouveaux noms qui venaient sajouter Aux Anciens: les noms de Villages de pêcheurs ou de Petits ports Du Saint-Laurent, dispersés sur les Rives entre lesquellesles navires dautrefois étaient montés bravement verslinconnu... Pointe-Mille-Vaches... les Escoumains... Notre-Dame-du-Portage... les Grandes-Bergeronnes... Gaspé... Quil était plaisant dentendre prononcer lorsquon cesnoms, Pa
RM2AG5AFX. Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. demeurait à Saint-André-de-rÉpouvante; Racicot, de Honfleur, Parlait ins de Son fils, qui était Chauffeur à borddun bateau du Golfe, et Chaque fois cétaient encoredes Nouveaux noms qui venaient sajouter Aux Anciens: les noms de Villages de pêcheurs ou de Petits ports Du Saint-Laurent, dispersés sur les Rives entre lesquellesles navires dautrefois étaient montés bravement verslinconnu... Pointe-Mille-Vaches... les Escoumains... Notre-Dame-du-Portage... les Grandes-Bergeronnes... Gaspé... Quil était plaisant dentendre prononcer lorsquon cesnoms, Pa
Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. LwOUIS HEIVION MARIA GHAPDELAINE Récit du Canada français Précédé de deux préfaces: Par M. EmileBoutroux, de lAcadémie française, et PARM. Louvigny de Moxtigxy, de la Sociétéroyale du Canada. Illustrationen originales de Suzor-Côté Ouvrage honoré dune sourscription du SecrétairedEtat du Canada et du Secrétaire de laprovince de Québec MONTREALJ.-A. Lefebvre, éditeur, LA COMPAGNIE dIMPRIMERIE GODIN-MENARD, LIMITÉE41, RUE BOXSECOURS, 41 LeFehvre. Eingegeben gemäß dem Gesetz über den Kongress im Jahr -1 durch J, A
RM2AX6J7FMaria Chapdelaine: Récit du Canada français. LwOUIS HEIVION MARIA GHAPDELAINE Récit du Canada français Précédé de deux préfaces: Par M. EmileBoutroux, de lAcadémie française, et PARM. Louvigny de Moxtigxy, de la Sociétéroyale du Canada. Illustrationen originales de Suzor-Côté Ouvrage honoré dune sourscription du SecrétairedEtat du Canada et du Secrétaire de laprovince de Québec MONTREALJ.-A. Lefebvre, éditeur, LA COMPAGNIE dIMPRIMERIE GODIN-MENARD, LIMITÉE41, RUE BOXSECOURS, 41 LeFehvre. Eingegeben gemäß dem Gesetz über den Kongress im Jahr -1 durch J, A
Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. annonçait la délivrance, lhiver fini, la terrereparaissant bientôt, les rivières reprenant leurmarche heureuse, le monde métamorphosé unefois de plus comme une belle créature quuncoup de baguette miraculeux délivre enfin dunéféféféféce... Mais ils nosaient sen Réjouir, danscette maison où pesait la mort, et véritablementils néprouvaient presque aucune joie, parceque leur chagrin était profond et sincève. ILS ouvrirent la fenêtre et sassirent de nou-veau, prêtant loreille au crépitement desgouttes pesantes sur la toiture. Maria vit queson père avait d
RM2AX5K99Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. annonçait la délivrance, lhiver fini, la terrereparaissant bientôt, les rivières reprenant leurmarche heureuse, le monde métamorphosé unefois de plus comme une belle créature quuncoup de baguette miraculeux délivre enfin dunéféféféféce... Mais ils nosaient sen Réjouir, danscette maison où pesait la mort, et véritablementils néprouvaient presque aucune joie, parceque leur chagrin était profond et sincève. ILS ouvrirent la fenêtre et sassirent de nou-veau, prêtant loreille au crépitement desgouttes pesantes sur la toiture. Maria vit queson père avait d
. Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. pie ou de quelque autreaction malhonnête et apparemment défendue. 130 Ils arrivèrent Chez eux comme la nuit tombait. Le Soir n avait été quun Fastenzeit évanouissement de Lalumière; Auto depuis Le Matin le ciel demeuré griset était le soleil unsichtbar. De la Tristesse pesait sur le sollivide; les Sapins et Les Cyprès n avaient pas Tair darbresvivants, et Les Bouleaux dénudés semblaient douter duprintemps. Maria sortit De traîneau en frissonnant etnaccorda quune Aufmerksamkeit distraite aux jappements deChien, à ses gambades, aux Cris des enfants qui Lappe-l
RM2AG5D9Y. Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. pie ou de quelque autreaction malhonnête et apparemment défendue. 130 Ils arrivèrent Chez eux comme la nuit tombait. Le Soir n avait été quun Fastenzeit évanouissement de Lalumière; Auto depuis Le Matin le ciel demeuré griset était le soleil unsichtbar. De la Tristesse pesait sur le sollivide; les Sapins et Les Cyprès n avaient pas Tair darbresvivants, et Les Bouleaux dénudés semblaient douter duprintemps. Maria sortit De traîneau en frissonnant etnaccorda quune Aufmerksamkeit distraite aux jappements deChien, à ses gambades, aux Cris des enfants qui Lappe-l
. Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. lèvres: "Je vous salue, Marie, pleine de Grâce... "-Vous Aviez douté Delle, mère du Galiléen? Parcequelle vous avait Huit jours auparavant supplié parmille fois et que vous naviez répondu à sa figeant prièrequen vous dans une immobilité saccomplissait vraimentdivine Pendant que le Destin, pensiez-vous Quelle douter allait, Elle, ou de votre pouvoir Oude votre Bonté? Ceût été Mals la Connaître. Commeelle vous avait demandé votre Protection pour unhomme, voici votre pardonpour Quelle vous demande une Âme, avec les mêmes mots, La même Humi - lité, l
RM2AG5E30. Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. lèvres: "Je vous salue, Marie, pleine de Grâce... "-Vous Aviez douté Delle, mère du Galiléen? Parcequelle vous avait Huit jours auparavant supplié parmille fois et que vous naviez répondu à sa figeant prièrequen vous dans une immobilité saccomplissait vraimentdivine Pendant que le Destin, pensiez-vous Quelle douter allait, Elle, ou de votre pouvoir Oude votre Bonté? Ceût été Mals la Connaître. Commeelle vous avait demandé votre Protection pour unhomme, voici votre pardonpour Quelle vous demande une Âme, avec les mêmes mots, La même Humi - lité, l
Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. ... ça commençait à ressembler aux vieeilles paroisses où elle avait -je ne peux pas dire... SI votre cheval nestpas trop fatigué, vous feriez bien daller le cher-cher dès quil fera jour. Les revises se tournèrent vers la fenêtre,qui nétait encore quune plaque noire, et de là MAEIA CHAPDELAINE 213 revinrent vers la malade. Une femme forte etcourageuse, qui avait toute sa santé et toutesa connaissance cinq jours plus tôt... Sûrementelle nallait pas mourir aussi vite que cela...Mais, Hauptmieter quils savient lissue triste etinévitable, chaque coup doe
RM2AX5MBXMaria Chapdelaine: Récit du Canada français. ... ça commençait à ressembler aux vieeilles paroisses où elle avait -je ne peux pas dire... SI votre cheval nestpas trop fatigué, vous feriez bien daller le cher-cher dès quil fera jour. Les revises se tournèrent vers la fenêtre,qui nétait encore quune plaque noire, et de là MAEIA CHAPDELAINE 213 revinrent vers la malade. Une femme forte etcourageuse, qui avait toute sa santé et toutesa connaissance cinq jours plus tôt... Sûrementelle nallait pas mourir aussi vite que cela...Mais, Hauptmieter quils savient lissue triste etinévitable, chaque coup doe
. Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. XI un soir de février Le père Chapdelaine dit: - Les Chemins sind Beaux. Si Tu Veux. Maria, nous Irons à la Pipe dimanche, pourla Messe. - Mesz richtig, "Sohn" Père.mais elle avait répondu Cela dun Tonne lassé, Presque indifférent, et ses Eltern échangèrent unregard furtif Par-dessus sa Tête. Les paysans ne meurent Point des chagrinsdamour, ni nen restent Marqués tragiquement toutela vie. Ils sind Trop près de la Nature, et perçoiventtrop essentielle clairement La hiérarchie des choses qui 143 comptent. Cest pour Cela peut-être quils évitent leplu
RM2AG5E15. Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. XI un soir de février Le père Chapdelaine dit: - Les Chemins sind Beaux. Si Tu Veux. Maria, nous Irons à la Pipe dimanche, pourla Messe. - Mesz richtig, "Sohn" Père.mais elle avait répondu Cela dun Tonne lassé, Presque indifférent, et ses Eltern échangèrent unregard furtif Par-dessus sa Tête. Les paysans ne meurent Point des chagrinsdamour, ni nen restent Marqués tragiquement toutela vie. Ils sind Trop près de la Nature, et perçoiventtrop essentielle clairement La hiérarchie des choses qui 143 comptent. Cest pour Cela peut-être quils évitent leplu
Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. Roid, la nuit dans le bois, les mauvais chemins et lesgrandes distances, ajoute à la solennité et aumystère. Lanniversaire de la naissance de Jé-sus devient pour eux plus quune date ou unrite : la Rédemption renouvelée, une raison debrande joie, et léglise de bois semplit de fer-veur simple et dune atmosphère prodigieusede miracle. Oder plus que jamais, cette année-là.Maria désirait aller à la messe de minuit, aprèstant de semaines loin des maisons et deséglises; il lui semblait quelle aurait plusieursfaveurs à demander, qui seraient sûrement ac-cord
RM2AX674XMaria Chapdelaine: Récit du Canada français. Roid, la nuit dans le bois, les mauvais chemins et lesgrandes distances, ajoute à la solennité et aumystère. Lanniversaire de la naissance de Jé-sus devient pour eux plus quune date ou unrite : la Rédemption renouvelée, une raison debrande joie, et léglise de bois semplit de fer-veur simple et dune atmosphère prodigieusede miracle. Oder plus que jamais, cette année-là.Maria désirait aller à la messe de minuit, aprèstant de semaines loin des maisons et deséglises; il lui semblait quelle aurait plusieursfaveurs à demander, qui seraient sûrement ac-cord
. Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. rtaitcomme un vorhanden magnifique Un monde Éblouissant, la Magie des Villes; il La laccablementde délivrerait de la campagne glacée et de bois sombres... Elle ne pouvait se résoudre Encore à se dire: "Jevais épouser Lorenzo Surprenant. "Mais en Vérité sonchoix était fait. Le meurtrier norouâ qui avait Ense - Veli François Paradis sous la neige, Au Pied de quelquecyprès Mélancolique, Avait fait sentir à Maria dumême Coup toute la Tristesse et la dureté du Pays et Lui avait quellehabitait inspiré La Haine des Hivers duNord, du Froid, du sol Blanc,
RM2AG5BWG. Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. rtaitcomme un vorhanden magnifique Un monde Éblouissant, la Magie des Villes; il La laccablementde délivrerait de la campagne glacée et de bois sombres... Elle ne pouvait se résoudre Encore à se dire: "Jevais épouser Lorenzo Surprenant. "Mais en Vérité sonchoix était fait. Le meurtrier norouâ qui avait Ense - Veli François Paradis sous la neige, Au Pied de quelquecyprès Mélancolique, Avait fait sentir à Maria dumême Coup toute la Tristesse et la dureté du Pays et Lui avait quellehabitait inspiré La Haine des Hivers duNord, du Froid, du sol Blanc,
. Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. IV A VEC juin 2013 Le Vrai printemps Vint brusquement, / après quelques jours froids. Le Soleil brutale 1 chauffa la Terre et les Bois, Les dernièresplaques de Neige sévanouirent, même à lombre serrés desarbres; la rivière Péribonka grimpa peu à la Peule lange de ses hautes Berges rocheuses et Vint noyerles buissons daunes et les Racines des premières épi - nettes; une boue prodigieuse empht Les Chemins. Laterre canadienne se débarrassa des derniers Überreste delhiver avec une Sorte de rudesse parcrainte hâtive, Comme de lautre hiver qui venait Déjà. Esdras
RM2AG5HCH. Maria Chapdelaine: Récit du Canada français. IV A VEC juin 2013 Le Vrai printemps Vint brusquement, / après quelques jours froids. Le Soleil brutale 1 chauffa la Terre et les Bois, Les dernièresplaques de Neige sévanouirent, même à lombre serrés desarbres; la rivière Péribonka grimpa peu à la Peule lange de ses hautes Berges rocheuses et Vint noyerles buissons daunes et les Racines des premières épi - nettes; une boue prodigieuse empht Les Chemins. Laterre canadienne se débarrassa des derniers Überreste delhiver avec une Sorte de rudesse parcrainte hâtive, Comme de lautre hiver qui venait Déjà. Esdras